Télécharger la version PDF de ce numéro

Attention: les numéros des deux derniers mois ne sont pas disponibles en pdf! (premièrement, ce serait injuste pour nos abonnés et pour les acheteurs du journal en papier; deuxièmement, on n'est pas si bêtes).

Numéro 123 > Semaine du 02 au 8 novembre 2012

EXCLUSIF

Le 8e conseiller fédéral investit la rédaction

Débarquement A l’instar d’un certain quotidien quelconque, Vigousse accueille parfois une personnalité qui assiste à la confection du journal et livre, au fil des pages, des commentaires sur l’actualité. Cette fois-ci, c’est le 8e conseiller fédéral en personne qui s’est invité à la rédaction pour y exercer sa principale activité: se mêler de tout. p.2

VALAIS

Médecine tousse

Tagada soins soins Lorsqu’il s’agit d’enquêter sur ses brebis galeuses, la Fondation suisse pour les médecines complémentaires déploie un zèle très homéopathique. p.4

PETITS COMMERCES

Lausanne boude

Le cassé du commerce En 2007, la Ville de Lausanne créait la fondation City Management pour «favoriser l’attractivité de la ville et revitaliser le commerce». Et on n’est pas sorti de l’auberge. p.5

CHANSON

Les maux pour le dire

En deux mots Les statistiques le prouvent: moins il y a de mots dans les paroles d’une chanson, plus elle se vend. Vive la poésie industrielle. p.6

TÊTE DE TRUC

Un beau BB

On ne sait pas si Bastian Baker fait du bien à la musique suisse, en revanche, la presse pour coiffeurs, elle, se frotte les mains. p.16

US ELECTION

final results

A voir en page 17

Trophées crasses

Malgré le combat des autorités internationales pour lutter contre le braconnage et le marché noir qu’il alimente, cette activité ne recule que très peu. De récentes études du Fonds international pour la protection des animaux (IFAW) démontrent que la démocratisation d’internet dynamise ce secteur. Objets en ivoire, griffes de fauves, peaux de reptiles et autres bouts d’espèces en voie de disparition peuvent s’acquérir en quelques clics sur des sites aux enchères en libre accès. Ces ventes se font sous le couvert de mots-clés, de codes ou de fautes d’orthographe intentionnelles, de sorte qu’il est impossible de chiffrer précisément le rendement de ce macabre marché qui, estime-t-on, dépasse largement les 6 milliards d’euros par an. Une part de marché qui ne laisse présager rien de bon pour ces animaux traqués par des sauvages.



©2010-2018 Vigousse Sàrl | Design: Unigraf Sàrl | Web: Onprod SA