Télécharger la version PDF de ce numéro

Attention: les numéros des deux derniers mois ne sont pas disponibles en pdf! (premièrement, ce serait injuste pour nos abonnés et pour les acheteurs du journal en papier; deuxièmement, on n'est pas si bêtes).

Numéro 145 > Semaine du 20 au 26 avril 2013

VALAIS

Péril en la demeure

Volte-farce Les autorités sédunoises stoppent la démolition du Clos Saint-Georges, illustre bâtisse du XVIIe siècle. Mais il pourrait bien s’agir d’une décision de pure façade. p.3

CYCLISME SUR VÉLOS

Le dope niveau

La vie en dose A quelques jours du Tour de Romandie, un coureur professionnel nous dévoile les dessous de la petite reine. Et il n’est pas positif. p.5

TEST À CLAQUES

Marabout,
c’est pas sorcier

Magie poire Pour se débarrasser d’un ex rancunier, pourquoi pas un marabout? On se marre, mais on finit à bout. p.7

TÊTE DE TRUC

Vettel, bête de courses

Il dépasse ses adversaires, mais pas que. Les bornes aussi. Il faut dire que Sebastian Vettel, un quart de siècle au compteur, monte assez vite les tours et que s’il n’oublie jamais de boucler sa ceinture, il omet souvent de fermer sa gueule. p.16

VOTRE ÉTÉ

Tous les absents à Paléo

A voir en page 17

Vigousse…

...dans votre vitrine!

Vous êtes propriétaires ou gérants d’un magasin, vous souhaitez communiquer avec humour et originalité?
Les dessinateurs de Vigousse mettent leur talent à votre disposition pour vous aider à créer une vitrine originale. Contactez nous au 021 612 02 50 ou sur roger@vigousse.ch

Téléphone déraison

Le record de l’iPhone le plus cher du monde vient d’être battu par un milliardaire chinois. Son joujou a été créé par le designer anglais Stuart Hughes. Châssis en or (26 carats), le machin pèse 135 grammes, sans compter les 653 diamants blancs et l’unique black diamond, composant la touche «home». Un accessoire utile, pratique et léger pour la modique somme de 11,5 millions d’euros. Sans compter le prix des conversations, naturellement.

Sur un air connu

«C’est rouge, c’est blanc, ça monte et ça descend… C’est rouge, c’est blanc, ça monte et ça descend…» Le refrain est connu qui, longtemps, a fait le bonheur de ceux qui n’aiment pas le Lausanne Hockey- Club. Ceux-là, qu’ils soient de Genève, de Sierre ou de Fribourg, ont largement eu le temps de se moquer des rêves de grandeur jamais réalisés, l’amateurisme de dirigeants trop souvent plus enclins à parader qu’à se montrer efficaces, quand ce n’était pas une suffisance forcément coupable. Huit ans à vivre de chimère, c’est long. Trop pour une ville que l’on dit «de hockey», qui l’est certainement, pour un club qui possède «le meilleur public du monde». Rien que cela!



©2010-2018 Vigousse Sàrl | Design: Unigraf Sàrl | Web: Onprod SA