Posté par David le 24 juillet 2021

Protection Civile - Un Pin's...

Mon cher petit vigousse.

Dans un des vigousses, un lecteur vous a fait savoir que les membres de la protection civile avait reçu un pin's en remerciement. J'ai lu votre article que j'ai trouvé très peu documenté et très peu fouillé et surtout basé sur un seul avis... celui d'un mécontent.

Tout d'abord la protection civile est organisée au niveau cantonal voir régional selon les cantons. Donc les remerciements varient d'un canton à l'autre voir d'une compagnie régionale à l'autre.

Pour ma part, j'ai été engagé avec ma compagnie au mois de mars et au mois de décembre plus quelques jours au besoin.

Nous avons dut subir cette situation lors de notre cours de répétition et s'adapter afin de maintenir notre degré de préparation. La protection civile subit les politique régionales, cantonales, les indécisions politiques et les retards des administations. Il est usuel que nous devions touver des plans B-C et D pour faire ce que l'on doit avec un minimum de moyen.

Donc quand j'ai reçu ce pin's à la maison, j'ai été heureux que quelqu'un ait pensé à ce petit geste. Ce n'est peut-être pas le remerciement exceptionnel, mais ça m'a fait plaisir.

Je pense donc que vous auriez dut mieux approfondir les causes et raisons et ne pas vous acharner contre une envellope envoyée en courier B ou A ou tout autre broutilles. Pour ma part nos commandants se sont dévrouillés et nous ont remerciés. Le cas de la personne que vous prenez comme exemple n'a pas été le même partout.

Tout ça pour finir par dire que les quelques 8 semaines d'engagement de 2020 n'étaient rien  dans la masse des personnes qui ont ouvré au maintient de la vie de notre société.Je pense aux corps médical, mais aussi aux employés postaux, aux personnels des magasins, aux agriculteurs, aux employés des entreprises de téléphonie, aux journalistes, etc...

Au plaisir de vous relire bientôt.Bonnes vacances

Posté par Alain Corbellari le 18 juin 2021

que cache la réforme de l'orthographe?

J'ai été déçu par l'angle sous lequel vous avez pris la question de la réforme de l'orthographe. Il y a du bon et du juste dans les arguments de Flutsch (se souvenir de l'histoire) comme dans ceux de Babey (faire le ménage de temps en temps), mais cela occulte le fait que le 99% des fautes des élèves et étudiants ne sont pas concernées par les objets qui fâchent: fautes d'accords, de pluriels, de participes, confusion des consonnes finales qui ne se prononcent plus, toutes cela est dû à la disparition à l'oral des marques désinentielles que les autres langues latines ont conservées. Ce qui m'amène à regretter que Dieguez ne soit pas intervenu dans le débat, car le socio-linguiste interviewé dans Le Temps refaisait à sa fantaisie l'histoire du français et d'une manière que je n'hésite pas à dire complotiste. Commençant par affirmer au mépris de l'histoire et de l'intelligence que l'orthographe du français ne repose "sur aucune logique", il estimait possible de "complexifier une langue"! L'orthographe, je ne dis pas (et encore: on s'est autant sinon plus acharné à la simplifier qu'à la complexifier puisque la complexité était pour l'essentiel son lot naturel). Attribuer au désir de plaire au pouvoir une volonté occulte de "complexifier la langue" est tout simplement délirant. Même Staline a dû reconnaître (controverse avec le linguiste soviétique N. J. Marr) que la langue n'était "pas une superstructure". Non, franchement vous avez perdu une belle occasion d'aller au fond du problème et de dénoncer les nouveaux talibans-Calibans qui refont l'histoire au profit d'une idéologie qui n'a rien de scientifique.

Posté par Alain Corbellari le 31 mai 2021

Censure à l'UNIL

Franchement, Vigousse, vous ne savez pas ce que vous voulez: vous tapez à longueur d'année sur ce pauvre Dubochet en disant qu'il ferait mieux de la fermer plutôt que de dire des conneries à propos de tout et de n'importe quoi, et quand vous pouvez avoir la satisfaction légitime de constater que la rectrice de l'Univesité de Lausanne a enfin saisi le message, vous n'êtes pas contents! Faudrait savoir! A part ça, merci à Laurent Flutsch de m'avoir rendu attentif à une directive tellement discrète que personne, à ma connaissance, n'en a parlé à la Faculté des Lettres. Je vais signer la pétition au plus vite!

Posté par Pierre Farron le 30 avril 2021

Le divin Etat-providence

A la page 4 du dernier numéro, vous citez les religieuses romandes (Union des supérieures majeures de Suisse romande) :

" il ne se passe pas de jours sans que de nouvelles révélations nous parviennent, nous laissant sans voix, abasourdies, honteuses ... (etc.)"

Pourriez-vous indiquer où vous avez trouvé cette citation ? Cordialement,

Posté par Jean-Jacques Marmier le 22 mars 2021

édito du 19.03.21 en page 2

Sur la question du langage épicène et inclusif Stéphane Babey, dans l’édito du 19 mars, affirme qu’en changeant le langage on change le monde. Il marque que notre représentation du monde est fonction de notre pensée, laquelle se sert principalement de mots, et que ceux-ci ont une incidence directe sur le réel tel que nous le percevons. Mais n’est-ce pas concéder trop au langage et pas assez au réel? Même si le réel ne nous est pas accessible dans son évanescente immédiateté, il existe indépendamment de nous, ce que votre éditorialiste admet en parlant de représentation, de perception.

Aristote déjà nous mettait en garde contre l’illusion de croire, puisque nous passons par les mots pour discuter des choses, que «ce qui arrive aux mots arrive également aux choses». Et Diogène à sa manière soulignait la différence, quand il formulait abruptement, à l’encontre des platoniciens: «Le concept de chien ne mord pas.»

Explorons le paradoxe du langage dit inclusif à la façon du professeur Junge et observons, malgré les évidences trompeuses de la polémique actuelle, que les genres grammaticaux n’ont pas de sexe! Rebroussons l’argumentaire et supposons qu’à un point d’origine pO il eût été convenu, pour énoncer les règles d’accord syntaxiques, de désigner par l’ordre aléatoire des nombre 1, 2, 3, ou bien des lettres a, b, c, les genres de notre langue arbitrairement appelés masculin, féminin et neutre, alors cette querelle intempestive qui commence à polluer les rédactions et ferait bégayer les meilleurs auteurs (imaginez-vous Proust rewritéen sabir incluso-épicène?) n’aurait pas lieu d’être.

C’était juste une contribution au débat et, comme l’écrit votre chroniqueur sportif, ce sera tout pour cette semaine.

Posté par Marie-Anne le 22 mars 2021

Le meilleur des ondes possibles de L.F.

J'étais habituée à lire les articles dithyrambiques de S.Dieguez dès qu'il peut dire du mal de gens qu'il peut cataloguer complotiste, à l'instar de Rudy Reistadt. Mais voici que L.Flutsch s'y met aussi. Là, ça commence à faire beaucoup. Faites-vous un journal satirique ou un journal qui se veut avant tout bien pensant ? Je veux dire bien-pensant selon votre vision des choses et vos opinions.

Par rapport au site dont il est question dans l'article, après y avoir jeté un petit coup d'oeil, cela ne me semble pas mériter une telle raillerie. Vous avez le droit de ne pas partager cette vision des choses et de contredire, par des arguments, certaines affirmations énoncées (ce que vous ne faites pas). Par contre, résumer le tout en disant qu'ils prétendent que la 5G est responsable du Coronavirus me semble mensonger. Ainsi, à la fin de leur article peut-on lire:

"Y a-t-il un lien entre la propagation du coronavirus et la 5G? Une chose est certaine : les rayonnements à haute fréquence affaiblissent le système immunitaire ou même le neutralisent complètement, en particulier avec des antécédents de maladie ou des maladies chroniques. La 5G est ce qu’on pourrait appeler un polluant environnemental. Ajouté à d’autres polluants environnementaux tels que la pollution atmosphérique ou les pesticides, la 5G pourrait être la dernière goutte qui fait déborder le vase."

Ce qui n'est pas tout à fait la même chose.

Pour ce qui est de la mode de mettre tout anti 5G dans le lot des complotistes, j'ai écrit un texte il y a quelque temps que je vous invite à lire: https://pluripol.ch/tribune-suis-je-devenue-une-vieille-conne/

En espérant que cela vous encourage à regarder de manière un peu plus bienveillante ceux que vous traitez facilement de complotistes et de vous renseigner un peu plus sur le sujet afin, si votre opinion est toujours la même, que vous soyez en mesure d'argumenter ou de commenter de manière à induire une réflexion. Et non pas juste une moquerie donnant, indirectement, du poids aux puissants milieux des télécommunications.

Posté par Monique Tschumperlin le 19 mars 2021

Page 16

La permanence PM, drôle et intéressante au début, devient vraiment lourde....voire lourdingue et même si je peux comprendre votre intention première, vous savez aussi que plus l'on parle d'un triste sire, et plus on lui fait de la pub et plus il s'en fait des "gorges chaudes". Nous avons très bien compris le propos. Mais là, svp, passez à autre chose, vous devenez pénibles et qui plus est, cela n'empêche même pas qu'il fasse un carton aux élections.....cherchez l'erreur.

Je déguste chaque vendredi votre journal, mais je n'en peux plus de cette chronique et je ne comprends plus très bien vos intentions éditoriales. Cela finit par me gâcher le plaisir de la lecture de votre journal et c'est un peu dommage.

Volontiers disponible par mail pour en parler, au cas où un élément fondamental m'aurait échappé.

Posté par Alain Bron, Lausanne le 12 mars 2021

les scientifiques

Bon, on sait que M. Dieguez est le scientifique de l'équipe, mondialement connu à Fribourg pour ses recherches sur le complotisme, et que de relativiser la situation covidesque est la garantie d'être traité de terredeplatiste.

Mais il me parait raisonnable de se poser la question de la pertinence de cette autodéclarée taskforce covid, largement co-optée et à qui on n'a rien demandé. Chaque chercheur vit sa vie et communique comme bon lui semble, si quelqu'un veut bien l'écouter. Le problème est que cette taskforce-ci se donne une allure quasi officielle, à coup de conférences de presse parrallèles à celles du CF, qui en rajoutent à la cacophonie générale. Je ne dis pas que certains chercheurs ont trouvé là le moyen de gagner en visibiité, hein, sinon je serais traité de complotiste.

Donc, suggérer qu'elle se la coince n'est peut-être pas si iconoclaste; en tout cas la question mérite d'être débattue.

Posté par Anne-F. Chappuis le 26 février 2021

Aperçu d'inculture générale

Merci, Monsieur Flütsch, pour votre article qui fait du bien à mon âme de (vieille) prof de latin...Je vis le privilège d'enseigner cette matière dans le canton du Jura où c'est encore une branche d'option. Mais les coups tordus  ne manquent pas et j'ai si souvent la sensation de me battre (même contre certain-e-s collègues) toute seule... Et j'ai peur pour les années à venir... Sport, informatique, anglais, sur le podium! Quousque tandem, etc! Heureuse que Vigousse existe! Bibendum est!

Posté par Josette Kaabi le 19 février 2021

L'Homme-Bus

Merci pour votre bel article sur l'émouvant Martial Richoz qui  m'a bien sûr fait penser au magnifique film "Dodes'kaden" d'Akira Kurosawa (1970) dans lequel un jeune garçon "circule" dans un bidonville de Tokyo en imitant le bruit d'un tramway ...

Peut-être le trouve-t-on encore chez Karloff (où j'ai acheté le mien) et vous pourriez informer vos lecteurs ...

Merci encore pour les dessins de Plonk & Replonk toujours aussi subtils (que j'affiche quelquefois contre ma porte d'entrée !)

Amicalement

 

Posté par josette@kaabi.ch le 29 janvier 2021

bêtise humaine remplacée par CONNERIE

Fidèle lectrice de mon cher Vigousse, je vous fais juste une remarque quant au titre du dessin de Bébert de Plonk et Replonk et le corrige dans ce sens :

Mise au point d'un vaccin contre la connerie (suffit car l'adjectif humaine deviendrait un pléonasme la connerie pouvant être attribuée uniquement aux humains et bêtise ne devrait plus être utilisé pour définir la sottise, inintelligence ou autre, les animaux - comme vous le savez sans doute - ayant leur propre intelligence qui n'est pas mesurable avec la nôtre).

Je vous remercie de tout coeur de votre écoute.

Meilleurs messages et bon vent pour la continuité de votre indispensable journal.

Josette Kaabi, Prangins  29.01.21

Posté par Robinus le 25 janvier 2021

Rente à crédit (petit calcul)

Suite à votre article ("Rente à crédit") du 22 janvier 2021, je me suis adonné à un petit calcul.

Si on ventile les rentes sur le nombre de jours entre deux versements, celles-ci devront couvrir entre 29 et 32 jours, selon les mois, pour la période entre janvier 2021 et décembre 2022 (au lieu de 28 à 31 jours en temps normal). Un rapide calcul (que j'épargne au lecteur.ice.s, mais que je serais heureux de détailler en cas de besoin) nous montre que cela représente une réduction de rente journalière entre 3.1% et 3.4%, selon les mois, et qui, visiblement, ne sera compensée à aucun moment.

C'est quand-même fâcheux !

Posté par Marc Bachmann le 6 janvier 2021

Covidéologie

Je suis un lecteur fidèle depuis un bon nombre d'année et j'aprécie votre journal, mais je peine à comprendre pourquoi vous n'entrez pas dans la discussion du bien-fondé et de la proportionnalité des mesures contraignantes que subit notre société.

Je souhaiterai également connaître votre position sur les articles publiés par vos confrères "Bon pour la tête", "L'impertinent" et, éventuellement, "Antipresse".

Bien à vous,

Posté par Vicky le 18 décembre 2020

Pourquoi Facebook ???

Pourquoi donnez-vous tant d'importance à Facebook, qui fonctionne à l'envers de votre ligne éditoriale ? En outre, 60% des gens n'y sont pas inscrits... Même en y mettant de la bonne volonté, je n'arrive pas à comprendre. (Mais je vous aime bien quand même !)

Posté par Monique Tschumperlin le 1er décembre 2020

Inconsolables du 27 novembre

Merci à Séverine André pour la qualité de ses articles et je salue tout particulièrement "Inconsolables" de vendredi dernier. Le sujet du zapping irrespectueux de sujets à d'autres, de la presque (pas de temps pour le générique) fin d'un film à la pub pour le dentifrice, me désespère depuis longtemps. Enfin quelques lignes dans un journal pour le dire. Ce soir, en réécoutant le répertoire magnifique d'Anne Sylvestre sur YouTube,  je me heurte à la vulgarité du web, déjà maintes fois vécue: impossible de réécouter une seule chanson, sans en passer par la case publicité, la folie consumériste le disputant à la beauté et à la poésie. J'avais besoin de le partager, à défaut de pouvoir y remédier. Merci à vous et tous vos collègues de la rédaction.

Posté par Philippe Henry le 14 novembre 2020

Hold up

Bonjour !

J'ai toujours pensé que M. Babey était un héraut de la liberté d'expression. Mais ne voilà t-il pas qu'il se trouve lui-même piégé en censurant avec un mépris sans limites le documentaire "Hold-up"!! Tel est pris qui croyait prendre !!

Mes bonnes salutations !

 

Posté par Sifranc le correcteur le 2 novembre 2020

La Une de Vigousse No 4, du 29.01.2010

Bonjour Barrigue, vous m'aviez choqué il y a 10 ans par votre propos jugé déplacé et irrespectueux et je m'étais étonné que vous ne fussiez pas traduit en justice pour homophobie. Je vous ai méprisé à cette époque et je tiens à vous présenter toutes mes excuses. Dont acte!

 

Posté par Sifranc le correcteur le 2 novembre 2020

Lettre à M. Wenger par M. Debétaz

Je cite: Il me semblait important de corriger ce point de votre article qui alimente une confusion bien encrée dans la population sur la fonction et la qualification de ceux qui vont s'occuper d'elle à l'hôpital en première ligne.

bien ancrée dans… serait plus juste, Docteur!

Posté par Louis-François Debétaz le 12 septembre 2020

SOS médecins-assistants

Cher M. Wenger,

Votre article dénonçant les conditions de travail précaire des médecins-assistants est très louable, même si ce n'est pas un scoop, loin de là, puisque cela fait des décennies que les médecins-assistants ne bénéficient que d'exceptions dans la loi sur le travail ou dans son application réelle, exceptions qui autorisent les hôpitaux à les utiliser comme bon leur semble ou presque. En effet il existe quand même depuis une quinzaine d'années une limite de temps de travail à 50 heures/semaine, inexistante auparavant. Il arrivait en effet régulièrement jusqu'en 2005, qu'un médecin-assitant travaille plus de 100 heures par semaine. C'est du vécu.

Mais attention ! Dans votre article vous commettez presque la même erreur que celle qui a valu bien des misères et un retentissant mea culpa dans les années 90 au conseiller d'Etat Philippe Pidoux. Il avait, par ignorance, traité les médecins-assitants d'apprentis. Dans votre paragraphe d'en-tête vous parlez des "étudiants en médecine qui travaillent dans les hôpitaux" et dans la dernière phrase de votre article vous parlez des "futurs médecins". Il semble que pour beaucoup trop de monde, vous y compris, le statut de médecin-assistant soit obscur, confondu avec un stagiaire, donc un étudiant ou une espèce d'apprenti médecin.  S'il est bien vrai qu'en médecine on est apprenti toute sa vie, il faut mettre les choses au clair: un médecin-assistant est un médecin. Il a son diplôme fédéral de médecine, qui signifie qu'il a passé un bachelor et un master en médecine. Il est évidemment novice dans l'exercice de la profession et fait ses premières armes dans les hôpitaux, comme n'importe quel universitaire lorsqu'il débute sa carrière professionnelle. Ce sont ces médecins-assistant qui, au plan médical, sont au front, en prise directe avec les problèmes aigus des patients et qui font tourner la baraque comme on dit. Leurs responsabilités et leurs conditions de travail n'ont strictement rien à voir avec celles des stagiaires en médecine, qui sont eux des étudiants passant quelques mois dans les hôpitaux au cours de leur 6ème année d'études pour acquérir un début de formation pratique.

Il me semblait important de corriger ce point de votre article qui alimente une confusion bien encrée dans la population sur la fonction et la qualification de ceux qui vont s'occuper d'elle à l'hôpital en première ligne.

Avec mes meilleurs messages

Posté par Fanfan la Tulipe le 27 juin 2020

Dignes héritiers de Quintilien

"Quand parut Aurore aux doigts de rose", je décidai de lire le numéro 455 de Vigousse :  le confinement et le télétravail vous ont visiblement permis d atteindre (encore) un autre niveau d'humour, bravo ! L'interview de Thierry Barrigue (CEO VigouMedia hahaha) et Stephane Babey sonne tellement.... juste, quelle cruauté..... et Le Mérou autrement, je m'abonne (car le traitement, dans la rubrique Politique", de la Question jurassienne m'interpelle).

Placere, docere, movere : vous savez faire les trois (même si ce n'est pas à l'oral, quoique certains d'entre vous s'y risquent), Quintilien serait fier de vous !

Des bises

 

Réagissez à l'actualité

vous avez un commentaire, une vive réplique, un coup de gueule, une admiration… il est temps de l'exprimer dans notre courrier lecteur…

Les courriers par humeur

très content pas content du tout mitigé

Les courriers dans le temps



©2010-2020 Vigousse Sàrl | Design: Unigraf Sàrl | Web: Onprod SA