A la Une

Vendredi 25 novembre 2022

Numéro 557

Numéro 557
Jean-Luc Wenger

Jean-Luc Wenger

Edito

La montagne accouche d’une bombe

Dans l’Oberland bernois, la petite commune de Mitholz a acquis une réputation nationale grâce aux stratèges de l’armée suisse. C’est qu’il reste encore 3500 tonnes de munitions, soit l’équivalent de 350 wagons, dans la montagne. Pour situer Mitholz (200 habitants), le mieux est de rappeler que le village est proche de Kandersteg et du mythique sapin du formidable Adolf Ogi.

Le Conseil fédéral a demandé un crédit de 2,6 milliards pour désamorcer cette bombe oubliée. Le Département fédéral de la défense, de la protection de la population et des sports (DDPS) ne cache pas qu’en voulant déloger ces 3500 tonnes de résidus de munitions, d’explosifs, d’armes, de bombes et autres grenades, il existe un « grand potentiel de pollution ». Cette quincaillerie contient en effet des métaux lourds comme le mercure, le plomb ou le zinc. Ce qu’il adviendra de ces déchets reste encore inconnu et ce n’est pas forcément rassurant. Donc, si rien ne pète, ce cocktail ira polluer des nappes phréatiques.

Ensevelis par l’armée durant la Seconde Guerre mondiale, ces reliquats ont déjà créé un drame. Dans la nuit du 19 au 20 décembre 1947, le dépôt s’était enflammé dans un tragique feu d’artifice qui avait coûté la vie à neuf personnes. Pendant plus de 70 ans, la Confédération a complètement sous-estimé les risques d’explosion et ce n’est qu’en 2018 que les habitants ont découvert qu’ils vivaient près d’une poudrière.

Lors d’une séance d’information, les citoyens avaient appris que la montagne recelait des milliers de bombes aériennes de 50 kg. Selon un journal régional : « Une forte explosion pourrait déclencher des éboulements, des ondes de choc et des boules de feu. Des grenades et des bombes pourraient être projetées sur le village ! » C’était en 2018 et les détonations avaient enfin réveillé la Confédération.

Le DDPS veut commencer à évacuer le dépôt à partir de 2030, mais les premiers habitants devront quitter leur maison en 2025 déjà… Pour prendre de l’avance dans le retard ?


Vigousse_Cover_Formule_abo.jpg

Nos formules d'abonnements

Classique
12 mois

43 numéros + 2 spéciaux

TVA et frais de port compris

CHF 160.–

Version
digitale

43 numéros
+ 2 spéciaux

TVA et frais de port compris

CHF 140.–

Offre découverte
3 mois

12 numéros

CHF 30.–

TVA et frais de port compris

Nos hors-séries

Chaque année au mois de décembre, Vigousse publie un numéro hors-série thématique. Intitulé pompeusement Vigousse International, ce supplément grand format aborde des sujets essentiels comme la neige, la religion ou la pandémie avec l’ambition d’en dire le moins de choses sérieuses qu’il est possible.